Publications

 

Au milieu du flot, du flux, du reflux, incessant, quotidien des mots manipulés par la « grande communication prostitutionnelle », Jean-Hubert Sittler dit Railtisse essaie désespérément de les « ôter » de leur con-texte pour les faire brouter de nouveaux pré-textes.
Dans ses pâturages personnels, diverses expressions sont nourries à l’herbe jubilatoire de l’écriture.Récits déjantés où un certain merveilleux côtoie l’incongru.
Piécettes-performances dont les « figures » dérisoires, absurdes, interpellent leur propre vide comme dans l’attente d’un événement.
Textes « moétiques » autorisant les mots à l’aventure la plus libre.

Historioles.jpg
HauteProvidanse.jpg
cérémo-nie.jpg
Piecette1.jpg
piecette2.jpg

Extraits

Les vacances de Monsieur  Culot

 

Inventeur de la néo-frite qu’il commercialise à tous les bouts des chants,  Mr Culot à la culotte infra-rouge part en vacances au bord  de la mer, c’est-à-dire à peine plus loin qu’sa p’tite rationalité personnelle née dans les choux non pas de Bruxelles mais de fabrication très antérieure, à l’époque de  prolifération des pires légumes.

Haute Providanse

 

1ère emphrase

En ce temps, des rires de bécasse visitent ce qui reste des morts.

 

A part Artichaud Véniel (arrivé on ne sait d’où) et le Riche Ornementaliste (né à proximité), la place du village est vide de sens à cette orée du vice et du vers-ça ! Ces deux, attablés à une terrasse apportée par nécessité, prennent  le bon temps pour le méchant ou l’inverse. Nous sommes au Sud, là où  la pierre n’est pas molle.

Les grands roseaux (et les grands agneaux) au bord de la Sorgues penchent du côté  ou on les prouve,

Les roues des femmes tournent en cadence (ou en cadavres).

Les espagnolettes se taisent…

Roulant lentement en son véhicule vêlant, Hubertus Tranipèze traverse en chutant (ou chuintant)

l’Inapproprié…

Un Rendez-vous Manquant

 

 

Mr MEDESEIN

En son cabinet de porosité, place et déplace divers objets contondants et perforants.

Puis s’assied

Entre l’entremetteuse

L’ ENTREMETTEUSE:

Il y a là un certain Mr d’AZUR qui  désire  vous  voir !

Mr MEDESEIN:

Faites-le entrer derechef et dites-lui de n’avoir pas  peur.

Elle sort.

Entre Mr d’AZUR.

Mr MEDESEIN:

Asseyez-vous  derechef et n’ayez  pas peur.

Mr d’AZUR:

L’homme est-il possible ?

Et ses assaisonnements saisissables ?

Mr MEDESEIN:

On s’entretiendra plus tard de cette affaire !

Pour l’instant, faisons entrer les tubes dans les cubes sans idées  conçus des perçus.

Le petit ré et le grand si

 

 

En route, le petit Ré répond toujours, le grand Si est dans le silence qui meurt. Et tout le récit s’obtient. On va à la mer, on va à la terre. Tiens, voilà l’île de la solitude !

Venez tous en bateau bâtir le beau défaut ! Venez dire à la mer qu’elle cesse de trop nous naviguer, dire à la terre qu’elle arrête son chantier ! Venez sauter sur les cailloux du naufrage sans âge et tirer les pompons du panier d’l’ange déçu par trop de radinerie !

Soyez alertés par les prés diserts et atterrés, par les portiers altiers … Soyez briqués par les autres serviteurs de l’heure toujours près du bord de la fleur …

Mon père est un saucisson

 

… mon père est un saucisson, un édredon, un colérique, un vociférateur, qui lorsqu’il revient, rentre à la maison, le soir, commence à crier après tout ce qu’il trouve, mes sœurs, moi, mon père, son père, sa mère, ma mère, son frère, sa sœur, son oncle, sa tante, le chat, le chien, l’actualité, les informations, les érections… des monuments, les partages du travail, les émancipations des pays colonisés, ridiculisés, étouffés par la cruauté, la manigance, la sordide cupidité, la suffisance, le mépris des états civilisés, des états labellisés, des états-unis, des états désunis, des états étalés sur leur richesse énorme et monstrueuse, énorme et frauduleuse, énorme et délictueuse…